[ Ski de randonnée ]

T’aurais dû coller tes peaux et mettre tes chaussures au chaud !
Hé oui le ski de rando c’est comme le reste… tant qu’on a pas appris… Pourtant du ski j’en avais fait mais la peau de phoque c’est autre chose… Les passée de brumes montaient, craquaient, reprenaient la montagne dans l’air froid de cette matinée de janvier. Le peu qu’on an avait entrevu faisait taper le cœur. De la puff on allait en manger. Le silence disait mieux que tout le somptueux de la neige …de toute la montagne en hiver. Nous étions seuls certainement les premiers. A la montée, pas dans pas, skis aux pieds, c’était comme si personne n’osait saccager cette étendue de blanc immaculé. Seules nos ombres régulières nous accompagnaient dans le froid silence. Le ciel étincelait maintenant d’un bleu incroyable dessinant les montagnes comme des éternités. Toute la montée a été magnifique . Au sommet un panorama de randonnées futures nous accueille, nous subjugue, il y a tant à faire que les itinéraires s’enchaînent dans nos yeux comme autant de promesses qu’on se fait entre nous. On serre les chaussures, on fermes les doudounes…, gants, lunettes, bonnet,…, tout est ok. C’est parti !
La descente est sublime, la neige merveilleuse. Il est encore tôt On rit on crie on dessine sur le pan de montagne le motif répété de nos virages miraculeusement semblables. Et d’un commun accord on ressort les peaux et on reprend la trace de montée pour une resucée de ce délice de givre. Aujourd’hui la montagne était à nous. Demain il faudra en trouver une autre aussi belle, aussi neuve, aussi merveilleuse à skier. C’est alors qu’on se demande comment on a pu ignorer si longtemps pareille sensation, beauté si mystérieuse, plaisir si enthousiasmant. C’est comme si un nouveau pan de vie venait de s’ouvrir. Claude




escalade sur une goulotte de glace